Méditation

La pratique de zazen , l’assise immobile et silencieuse, s’origine dans la pratique du Bouddha il y a 26 siècles assis sous un arbre et s’éveillant à la Réalité. Et même certainement bien avant .

Cette pratique s’est transmise à travers les temps et les continents, s’adaptant aux lieux et aux époques et se nommant successivement : dhyana (en Inde), tchan (en Chine), zen (au Japon).

En Europe la graine du zen a été semée depuis la fin des années soixante, il s’y est rapidement développé et continue aujourd’hui à grandir.

Est-ce que le terme « méditation » est adapté pour nommer cette pratique ancienne et traditionnelle ?

L’étymologie du mot « méditation » est plurielle : réflexion profonde sur un sujet, projeter, contempler, préparer quelque chose après une longue réflexion, soigner, avoir en vue quelque chose, …

Tout cela n’exprimant qu’assez lointainement la substance de notre pratique .

La signification d’un mot évolue dans son temps et avec le temps.

Alors la méditation dans la voie du Bouddhisme zen est-ce:

Réfléchir ? Oui, dans le sens d’entrer en résonance et en unité avec tout ce qui nous entoure infiniment.

Contempler ? Oui, si c’est être disponible, ouvert, sans catégorisation ni discrimination et si la contemplation de soi c’est se concentrer.

Soigner ? Oui, s’il s’agit de prendre soin et aider toutes les existences.

Projeter ? Oui, si le projet implicite c’est tout simplement vivre complètement.

IMG_0677cropped-dessin-posture-zazen.jpg

Pratique de la méditation bouddhiste zen